Lettre de Mazlum Tekdağ, prisonnier en grève de la faim

29 Oct

“Our demands will either be accepted or the strike will end in death”

Le parti turc pour la paix et la démocratie publie sur son blog une lettre reçue par leur membre Mazlum Tekdağ qui a commencé une grève de la fin en septembre. Lancé par plusieurs prisonniers à travers le pays, ce mouvement de protestation s’est initialement mis en place pour protester contre l’emprisonnement en isolation de Abdullah Oçalan, leader du parti kurde PKK. Suivie et relayée, cette grève fait aujourd’hui office de nouvelle tentative pour les partisans de la cause kurde de faire entendre leur voix.

Voici un extrait traduit de la lettre de Mazlum Tekdağ, rédigée à l’intention de Gultan Kisanak, co-présidente du parti :

Ma chère soeur, tu dois avoir entendu la nouvelle. Avec un groupe de camarades, nous avons commencé une grève de la faim sine die le 12 septembre 2012. Nous sommes 15 pour l’instant. En dehors de Tayip et moi, tu ne dois pas connaitre les autres. […]

Nous n’avons pas mangé depuis la semaine dernière. Cette fois nous sommes déterminés ma soeur. Si notre demande n’est pas écoutée nous mourrons. Nous sommes sérieux. Nous avons expliqué cela dans tout nos textes et pétitions et nous l’avons aussi déclaré au public. Personnellement, je me suis déjà préparé à ce possible résultat et je pense que les autres aussi sont prêts. Tant que nous garderons cette volonté  cette fois, cet espoir et cette détermination, on ne se préoccupera ni de nourriture ni du monde. 

C’est tellement dommage que nous devions passé par tellement de douleur et de pleurs. Ce malaise causé par la guerre nous affecte tous. Nous devons mettre fin aux morts et aux bains de sang. La bataille pour la liberté du peuple kurde est toujours supprimé par des moyens injustes et des pratiques irrespectueuses de la loi. La langue, la culture, l’identité du peuple kurde est ignorée. Ses demandes politiques sont totalement isolées et liquidées par des actions politiques et militaires. Nous devons résister à ces pratiques. […] Le procédé actuel est chaotique. Difficile d’anticiper son évolution et les résultats qu’il va entraîner. Nous essayons donc de prendre part à la lutte en affaiblissant nos corps. Enfermés par ces quatre murs, il n’y a pas grand chose d’autre que nous pouvons faire contre la cruauté des tyrans.    

Ma chère soeur, je ne sais ni quand ni comment cette grève se terminera. Quoi qu’il en soit, je ne perdrais jamais ma foi, ma morale et ma confiance en notre bataille. Toi et nos amis avec qui je me bat, vous m’encouragez dans cette voie. Je vais arrêter d’être bavard maintenant. Je ne veux pas t’embêter. Si un jour nous nous revoyons, nous préparerons un repas ensemble et je n’ai pas changer d’avis sur ta coupe de cheveux ! […]

C’est tout pour le moment, nous t’aimons tous.”

Pour lire l’intégralité de la lettre en anglais : http://bdpblog.wordpress.com/2012/10/28/mazlum-tekdags-letter/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: