Un nouveau canal à Istanbul

31 May

Quand le président français cherche un moyen d’être réélu en 2012, il met Carla Bruni enceinte. Le premier ministre turc lui, face à la même question, trouve une idée bien plus incroyable : faire d’Istanbul une île…

Le projet annoncé il y a un mois par le premier ministre Erdogan est pharaonique. Avec ses45kms de long, 150m de large et 25m de profondeur, le nouveau canal qui doit être creusé sur la rive européenne a pour but de permettre un passage alternatif (mais payant) pour les bateaux entre la mer Noire et la mer Marmara. Le plan n’est pas seulement de créer un nouveau delta. Il comprend également la construction de : deux nouvelles villes (à chaque extrémité de celles qui existent déjà), un nouveau pont sur le bosphore, un nouvel aéroport (plus grand), etc… tout cela avant 2023. La date est significative. Elle correspond au centième anniversaire de la proclamation de la république turque. Certains observateurs estiment ce projet à plus de 10 milliards de dollars.

Symboliquement, le projet est fort. Si on l’analyse d’un point de vue freudien, cela en dit beaucoup sur l’enfance du premier ministre turc, c’est un fait. Il y a aussi l’aspect religieux. Dans un pays où ce sujet à une grande place (90% des turcs sont musulmans et la grande majorité sont pratiquants), il s’agit bien ici de défier Dieu lui même. Et pas seulement. Au niveau des relations internationales, c’est une nouveau moyen d’affirmer le sens du nationalisme pour le gouvernement turc. Tout en gardant une place dans la course à la modernité des pays dont le développement est croissant. Dubaï n’a qu’a bien se tenir. Ankara démontre aussi par le fait son intention de garder un contrôle total sur son territoire. Enfin, c’est aussi le meilleur moyen pour prouver au monde qu’en cette période de crise pour certains, la Turquie est financièrement saine. Erdogan d’insister : “Ce projet sera financé entièrement par des ressources nationales”. Pour ce qui est de l’environnement, ce n’est évidemment pas une grande idée. Autoriser toujours plus de bateau à passer dans cette région tout en détruisant des espaces forestiers augmentera de façon exponentielle une empreinte carbone stambouliote déjà très importante.

Un projet réaliste ?

Techniquement peut être, mais un obstacle fait barrage à la réalisation de ce chantier. La convention de Montreux détermine l’exercice de la libre circulation maritime dans les détroits. Elle stipule que tous les signataires vont devoir approuver ce “détournement” d’une partie du traffic international du Bosphore. En cas de désapprobation, il y a fort a parier que l’idée paraîtra soudain moins séduisante si aucun profit ne peut en être retiré une fois le projet achevé.

One Response to “Un nouveau canal à Istanbul”

  1. Robert September 12, 2012 at 11:27 pm #

    Défier Dieu? C’est d’une débilité vraiment…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: